« Les randonneurs ... | Accueil | La joie ... »

21 septembre 2010

Commentaires

Grandmouta

Sensation angoissante d'être perdue dans un paysage du futur dans lequel le vert des arbres et le bleu du ciel auraient disparu au profit d'une grisaille monotone...lunaire en quelque sorte...

@ Grandmouta
et il suffit de descendre de quelques mètres, et l'horizon s'éclaircit Grandmouta

monique

Contemplative devant ce ballet de nuages au sommet des monts....
"Comme les nuages qui se forment, demeurent un instant et se fondent à nouveau dans le vide du ciel, les pensées surgissent, persistent un instant et replongent dans le vide de l'esprit. En réalité il ne s'est rien passé." Dilgo Khyentsé Rinpotché

@ Monique
"- Qui aimes-tu le mieux, homme enigmatique, dis? ton père, ta mère, ta soeur ou ton frère?
- Je n'ai ni père, ni mère, ni soeur, ni frère.
- Tes amis?
-Vous vous servez là d'une parole dont le sens m'est resté jusqu'à ce jour inconnu.
- Ta patrie?
- J'ignore sous quelle latitude elle est située.
- La beauté?
- Je l'aimerais volontiers, déesse et immortelle.
- L'or?
- Je le hais comme vous haïssez Dieu.
- Eh! qu'aimes-tu donc, extraordinaire étranger?
- J'aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... là-bas... les merveilleux nuages!"

Baudelaire: Petits poèmes en prose, I (1869)

Pastelle

C'est très beau. Et je suis sûre que cela le serait aussi en couleurs... :)
Je suis contente j'ai découvert le fonctionnement des flux rss, je n'aurai plus autant de retard à présent.

@ Pastelle
en couleurs c'est beau aussi, mais je suis dans une période plutôt N&B comme vous l'aurez remarqué !
comment çà fonctionne le flux rss ? je sais pas ..

  amichel

un peu de chantilly au sommet adoucit l'effort de la montée

@ Amichel
et tous ces kilos perdus dans l'effort, repris en un moins de deux ...

vézère

toujours fascinante cette marmite de nuées!

@ Vézère
vous aussi y voyez une marmite Vézère... vous pourriez monter un ptit business avec Chriscot !

chri

Alors, ma chère Jacqueline, vous attendez que tout ça bouillonne pour ouvrir la cocotte quand ça fume c'est que c'est bientôt cuit...

@ Chriscot
faites moi signe Chriscot ...

Annick

Comme c'est déjà haut
A en avoir le tournis
Y'a pourtant bien plus haut
Mais c'est bon de s'arrêter
Quand on est épuisé
Les cloques aux talons
Le dos endolori
Son sac à dos pesant
Sa robe d'étoffe rude
Le moine pose la vie
Ses creux de mains ouverts
Le silence le serre
Des brouillards l'enveloppent
Sa route fut longue si longue
De tellement son sort
A le vivre hors cellule
Dans la vie de chaque jour
Ses barreaux dans la tête
A les scier son jour

Le voilà libre en fin
En faim de la vraie vie
Il est ému vraiment
Devant sa vie offerte
Qui n'appartient qu'à lui
Dans son respect profond
De palpiter son coeur
Dans les beautés se vivre
Au plus près au plus près

@ Annick
Merci Annick pour ces mots là ... vous exprimez tant

Anne

Encore une superbe image. Quelle belle lumière :)

@ Anne
c'était totalement insolite ... frontière entre la France et l'Italie, aucun nuage de notre côté et un autre paysage du leur !
comme si les nuages étaient interdits de séjour ! voir expulsés !

Tatiana

Superbe horizon et atmosphère ! j'aime beaucoup !

@ Tatiana
j'avais un peu l'impression d'être ailleurs, très loin de tout ...

Anne

Oui ils sont bizarres ces "murs" de nuages. J'en avais vu un du côté des Alpes Maritimes, dans la montagne. Mais ma photo était moins belle.

@ Anne
ils étaient comme accrochés à la montagne ... je pouvais même les toucher Anne

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.