« Belle Ile En Mer ... | Accueil | Mettre Les Voiles ... »

13 avril 2006

Commentaires

oreillette

pointe de trace calligraphié
dans un Ciel céleste

quelle maîtrise du pinceau branche !

 Esiled

C'est une symphonie !!!!

Christian

J'aime bien le titre pour cette association d'idée avec la photo. Jolie symbolique respirant la Liberté d'Etre. Bravo Véronique et Bon voyage.

Gérard Méry

Petite séparation, mais ils vont se rejoindre !!c'est çà l'union libre. Bon séjour Véronique.

Lyriann

Vous peignez des tableaux maintenant, Véronique ?

Graphiquement épuré, soigné et reposant à contempler...

véronique

-> Oreillette
Aucune maitrise du pinceau branche, ni plume d'ailleurs comme toi Oreillette. je n'utilise que le pinceau oeil ! avec quelques accessoires !
->Esiled
Symphonie " en bleu" y a déjà les baguettes !
-> Christian
Et bien j'ai trouvé çà toute seule et j'ai pensé que çà collait bien, ces deux brindilles ( de glycine ) qui visiblement cheminent ensemble mais qui se séparent aussi, pour se retrouver plus loin ! c'est poètique ! vous ne trouvez pas ? ( sourire )
Je pars demain jusqu'à dimanche mais mes photos paraitront malgré tout...
-> Gérard
Et voilà, tout compris Gérard, se séparer pour mieux se retrouver ? !!!
-> Lyriann
J'aimerais tant savoir peindre, mais d'autres le font pour nous...
Freecat m'a encore me dire que c'est une image "zen" et il n'aura pas tord !

merbel

Ces deux-là s'étaient bien aperçus, se connaissaient en quelque sorte: mêmes racines, même terre, même ciel, même cep (de vigne, je suppose)... Mais ils étaient timides: ils se faisaient signe au printemps, se dévoraient des yeux en faisant mine de ne pas se voir, se chauffaient au même soleil, et se lançaient les éclats de leurs fleurs après avoir écouté leurs bourgeons pousser.

Et puis un beau matin, le ciel du Sud a croisé leurs destin. Ils ont connu alors le grand émerveillement de l'enlacement, la douceur d'être à deux. Dans leur frêle ramure montait un désir incommensurable, une sève nourricière à laquelle ils abreuvaient tous leurs rêves.

Ces jeunes rameaux n'étaient pas des sots; les temps avaient changé. Ils avaient compris que l'élan amoureux mourrait s'ils ne s'appliquaient pas à se surprendre sans cesse. Bien sûr des fruits viendraient, bien sûr toutes les joies qui viennent avec, le sucre, la tendresse, la chaleur. Mais eux deux, ils ne voulaient pas se perdre dans le cycle inéluctable des saisons.

Il faut une force incroyable pour suivre ce chemin: prendre chacun l'air, pour se ressourcer, pour mieux se retrouver, pour se découvrir encore et toujours, au risque de se perdre.

Un des deux rameaux, sur cette photo, porte cette détermination rectiligne: il est là, droit dans son chemin, comme une ligne de partition qui supportera les bémols et les bécarres de l'autre, plus fantaisiste, plus artiste avec ses arabesques.
Entre eux deux toutefois, une solide connivence, et le respect permanent de l'autre.

Petites ramures qui dites bien mieux que tous les beaux discours la vie et l'amour...

Véronique, rapportez-moi un bocal plein d'eau de mer de Port Blanc, si vous allez à Dinard... sinon, du sable de Houat! Bon week-end.

véronique

-> Merbel
En lisant votre histoire, je regarde à nouveau l'image ... je n'avais pas remarqué la différence entre ces deux rameaux, l'un masculin, l'autre féminin ! ce n'est pas un hasard si mon regard ce jour là s'est arrêté juste sur eux. Oh l'inconscient !
Je ne pars pas longtemps mais une image chaque jour encore... et la joie de vous lire tous à mon retour..
Merbel, je vous rapporte ce que vous voulez ...

Free Cat

Oui Véronique, Zen indeed ! Japonais en tout cas, dans l'élégance de ces lignes, qui tracent leurs sinueuses calligraphie dans un harmonieux désordre ... On sort du froid, la vie met les bouchées doubles ! Je me souviens d'un polygonome dans le jardin de ma mère. Au printemps, quand le soleil donnait à plein, si l'on choisissait une branche à fixer pendant un moment, on pouvait la voir croître à l'oeil nu !

Bon, zen ou pas zen : c'est une belle photo ! :-)

véronique

-> Freecat
Contente qu'elle vous plaise... c'est zen, élégance, souplesse, harmonie... çà vit, on voit sortir les bourgeons vous c'est à l'oeil nu, moi c'est à vue d'oeil !

nina

et un jour nos chemins se sont séparées...

superbe photo!
simple ,légère et qui parle tant!

bon voyage Veronique et revenez vite!

véronique

-> Nina
je pars, mais y aura quand même des photos.. c'est pas long trois jours...

Vézère

vous avez tout compris de la glycine telle que je la regarde,élégante et pugnace,que rien n'arrête et qui peut aller jusqu'à l'étouffement...c'est une plante qui m'accompagne depuis l'enfance,symbole de la maison initiale.
bravo aussi pour le titre!
A bientôt!

Audrey-Laure

Tant de belles photos ici !

véronique

-> Vézère
Glycine tenace, qui entortille tout sur son passage... rester vigilant, ne pas se laisser envahir, garder son propre oxygène...
-> Audrey Laure
Tout est à partager !

amichel

Nous habitons un même ciel
Une maison ouverte aux êtres
Sans barreaux aux fenêtres
Un espace libre essentiel

En amant en ami je suis
Tes virevoltes légères agiles
Elans d’une grâce fragile
Qui me délivre de l’ennui

De ma danse tu es la musique
Qui jamais ne me lasse
Qui jour et nuit m’enlace
Deux vies pour un cœur unique

Un même rêve nous habite
Sautant les pierres du chemin
Notre foi construit son destin
Jamais l’amour ne nous quitte

Nos vrilles défieront le temps
Dans le grand bleu du printemps
Sous les soleils impatients
Les brumes et le froid venant



Christophe le grain de sel

un peu de ronces de vigne?
une expression trés marquante sur le vide de soi meme un clichés que j'aime énormement.

véronique

-> amichel
Vous et Merbel voyez les mêmes choses, racontez un peu la même histoire, mais chacun à votre manière... et comme j'aime çà !
-> Christophe
Simple glycine, qui chaque année ne demande qu'à pousser, pousser !

Charles L.

Un détecteur de métaux?
(je me lache, pardon!)

véronique

-> Charles
et moi qui vous annonçais une photo d'une TRES grande sensibilité, vous me répondez " détecteur de métaux" ! vous travaillez votre thèse au moins !

nziem

la beauté de la simplicité ! haaaa que j'aimerais connaitre tous tes secrets de photographe !!!

véronique

-> Nziem
Ben je fais pas grand chose, un petit coup d'oeil et j'appuie, quelques retouches mais pas grand chose..
et puis photographe toi même Nziem !

Charles L.

"sensiblité", "sensibilité"... je croyais que vous parliez de la pellicule... Non, c'est plutôt ma thèse qui me travaille. Le poème d'André Breton, "l'Union libre", pourrait aller avec votre belle photo.

véronique

-> Charles
J'ai pas lu !
et puis vous m'agacez avec votre sensibilité !!!! ( je rigole là )

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.